annonce-no1.com
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Tic moteur chronique : causes, symptômes et traitement

Rate this post

Le tic moteur chronique est une condition impliquant des mouvements spasmodiques brefs et incontrôlables, ou bien des éclats de voix, ou les deux. (Si le tic physique et les éclats vocaux sont présents, il s’agit d’un syndrome de (Gilles de la) Tourette (SGT), et non d’un tic moteur chronique.

Le tic moteur chronique est plus courant que le syndrome de Tourette mais moins répandu que le tic transitoire. Entre un et deux pour cent de la population sont atteints de ce trouble. Cette condition ne se guérit. Le traitement peut contribuer à réduire l’effet de cette pathologie sur la vie scolaire/universitaire ou professionnelle de la personne.

Causes

Les causes du tic moteur et les raisons pour lesquelles certains enfants le développent plus tôt que d’autres n’ont pas entièrement été élucidées. Les scientifiques pensent que le tic moteur chronique pourrait résulter d’anomalies physiques ou chimiques du cerveau. Il est possible que les neurotransmetteurs (ou neuromédiateurs), sont des composés chimiques chargés de transmettre des signaux dans l’ensemble du cerveau, présentent des ratés ou ne communiquent pas clairement. Le même message est transmis à de multiples reprises. Il en résulte un tic physique.

Risques

Les enfants présentant des antécédents familiaux de tic sont plus susceptibles de développer ce type de trouble. Les garçons sont plus susceptibles d’avoir un tic moteur que les filles.

Symptômes

Les personnes atteintes d’un tic moteur chronique peuvent présenter les symptômes suivants :

  • grimaces faciales ;
  • clignement d’yeux, tics, gestes brusques ou haussements d’épaules ;
  • mouvements soudains et incontrôlables des jambes, des bras ou du corps ;
  • sons comme pour s’éclaircir la gorge, grognements ou grommellements ;

Les tics peuvent s’aggraver sous l’effet des facteurs suivants :

  • excitation ou stimulation ;
  • fatigue ou manque de sommeil ;
  • le stress.
  • températures extrêmes ;

Les personnes atteintes de tic moteur chronique sont généralement en mesure de restreindre leurs symptômes pendant de courtes périodes. Cette démarche nécessite cependant des efforts, et le fait de céder au tic apporte une sensation de soulagement. Selon les instituts nationaux américains (National Institutes of Health), les personnes affectées indiquent qu’elles éprouvent une sensation étrangère dans la partie du corps concernée lorsque le tic intervient (NIH, 2012).

Diagnostic

Les tics sont généralement diagnostiqués au cours d’une consultation médicale ordinaire. Les médecins ont rarement besoin d’examens pour diagnostiquer un tic. Il n’existe en fait aucun test permettant de diagnostiquer cette condition.

Avant d’établir un diagnostic de tic moteur chronique, les médecins vont évaluer l’enfant par rapport à deux critères :

  • Les tics doivent intervenir pratiquement tous les jours pendant plus d’un an.
  • Les tics doivent avoir été présents sans interruption pendant plus de trois mois.

Traitement

Le type de traitement administré va dépendre de la gravité de la condition et de son impact sur la vie du patient.

Thérapie comportementale

Les traitements comportementaux peuvent aider l’enfant à apprendre à contenir un tic pendant une courte durée. Une étude publiée en 2010 dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) a établi qu’une approche de traitement appelée thérapie cognitivo-comportementale permettait d’atténuer significativement les symptômes chez l’enfant (Placentini, et al., 2010). Dans le cadre d’une thérapie cognitivo-comportementale, les enfants atteints de tics apprennent à détecter le besoin de céder au tic, ainsi qu’à adopter une réponse concurrente ou de remplacement.

Traitements médicamenteux

Les médicaments peuvent contribuer à contrôler ou à réduire les tics. Les agonistes de la dopamine, tels que la fluphénazine, l’halopéridol, la pimozide et la rispéridone sont fréquemment utilisés pour contrôler les tics. Les effets secondaires de ces médicaments peuvent cependant s’avérer sérieux. Il s’agit notamment de troubles du mouvement et d’altération de la pensée.

Autres traitements médicamenteux

Des injections de toxine botulinique (communément désignées injections de Botox ) sont utilisées pour traiter certains tics dystoniques. Les tics dystoniques sont des tics qui se manifestent sous la forme d’accès brusques de mouvements, suivis d’une contraction soutenue.

Une stimulation cérébrale administrée par l’implantation d’électrodes peut apporter un soulagement dans certains cas.

Pronostic

Les enfants qui développent un tic moteur chronique entre les âges de 6 et 8 ans présentent généralement une évolution très satisfaisante. Leurs symptômes s’arrêtent généralement dans un délai de quatre à six ans sans aucun traitement. Les enfants plus âgés atteints de cette condition dont les symptômes persistent autour de l’âge 20 ans ne parviennent pas toujours à s’en débarrasser. Dans certains cas il pourra s’agir d’une affection à vie.

A lire

Faiblesse : causes, symptomes et traitement

Irene

CBG – Tout sur cet extrait végétal

administrateur

Appétit accru : causes, symptômes et traitement

Irene

Accentuation des bosses frontales : causes, symptômes et traitement

Irene

Béribéri : causes, symptômes et traitement

Irene

Retirer une tique : causes, symptômes et traitement

Irene

Sarcome d’Ewing : causes, symptômes et traitement

Irene

Bulles : causes, symptômes et traitement

Irene

Sténose spinale : causes, symptômes et traitement

Irene