annonce-no1.com
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

La pléthysmographie pulmonaire : causes, symptomes et traitement

Rate this post

Une pléthysmographie du poumon (ou pulmonaire) est un examen qui vise à mesurer la quantité d’air détenue dans vos poumons. Une pléthysmographie pulmonaire permet aux professionnels de santé d’évaluer les patients atteints de maladies pulmonaires qui sont souvent associées à une diminution de la capacité pulmonaire totale (CPT).

Bien qu’il existe un autre examen appelé la spirométrie qui est l’examen de référence pour mesurer les volumes pulmonaires, la pléthysmographie pulmonaire s’est révélée plus fiable. Elle permet de mesurer la CPT d’un patient, constituée du volume total d’air présent dans la poitrine après qu’il ait expiré aussi profondément que possible.

Les mesures pléthysmographiques se fondent sur la loi de Boyle, un principe qui décrit le lien entre la pression et le volume d’un gaz.

Interventions

Une pléthysmographie pulmonaire peut être réalisée dans des laboratoires d’analyse des fonctions pulmonaires, des laboratoires et cabinets d’analyses cardio-pulmonaires et des cabinets de pneumologie. La plupart du temps, l’examen est réalisé par un technicien spécialisé dans les soins respiratoires qui vous surveillera à chaque étape.

Vous serez en position assise ou debout dans une petite pièce hermétique et respirerez ou halèterez contre un embout buccal. Des pince-nez seront mis en place pour empêcher l’air de passer dans vos narines. Il vous sera demandé de respirer contre l’embout buccal lorsqu’il sera en mode ouvert et en mode fermé. Cela permettra à votre médecin de recueillir des informations importantes.

En respirant ou en haletant, votre poitrine bouge ce qui modifie la pression et la quantité d’air présent dans la chambre et contre l’embout buccal. À partir de ces changements, votre médecin pourra mesurer avec exactitude la CPT, c’est-à-dire la quantité d’air présente dans vos poumons.

L’embout buccal placé contre votre bouche pourrait vous gêner. Si vous avez habituellement du mal à rester dans des espaces étroits, la chambre pourrait vous rendre nerveux. Il vous sera néanmoins possible de voir l’extérieur de la chambre à tout moment et l’examen est généralement réalisé en trois minutes seulement. Un gaz traceur tel que le dioxyde de carbone pourra être présent dans l’air que vous respirerez au cours de l’examen.

Préparation

Veillez à informer votre professionnel de santé si vous prenez des médicaments, surtout ceux pris relativement à des problèmes respiratoires. Il vous sera peut-être demandé d’arrêter temporairement de prendre certains médicaments avant l’examen.

Il vous sera plus confortable de porter des vêtements amples pour effectuer l’examen. Evitez de fumer, de vous livrer à des exercices exténuants et de vous exposer aux métaux lourds pendant les six heures qui précèdent l’examen étant donné que cela pourrait affecter votre capacité à prendre des respirations profondes.

Risques

Les risques associés à la réalisation d’une pléthysmographie pulmonaire comprennent :

  • des vertiges ou des étourdissements,
  • un essoufflement,
  • un état d’angoisse pour les patients qui se sentent incommodés dans les espaces confinés,
  • une hypercapnie (trop de dioxyde de carbone dans votre sang) ou une hypoxie (trop peu d’oxygène dans votre sang) peuvent survenir si vous restez dans la chambre pendant une durée supérieure à la normale, ce qui arrive rarement,
  • la transmission d’une infection est possible si le matériel (embout buccal) n’est pas désinfecté correctement avant que vous ne l’utilisiez.

Utilisation

Votre professionnel de santé pourra prescrire une pléthysmographie pulmonaire pour :

  • lui permettre de diagnostiquer une maladie pulmonaire restrictive,
  • évaluer les maladies pulmonaires obstructives, telles que l’emphysème bulleux et la mucoviscidose,
  • suivre l’évolution d’une maladie et sa réaction au traitement,
  • mesurer votre résistance aux courants d’air,
  • mesurer votre réaction aux bronchodilatateurs,
  • évaluer si votre capacité pulmonaire sera affectée par des traitements tels que la méthacholine, l’histamine ou l’hyperventilation isocapnique.

Vous ne devriez pas subir de pléthysmographie pulmonaire si :

  • vous êtes psychologiquement perturbé(e),
  • vous ressentez une perte de coordination musculaire (mauvaise maîtrise musculaire provoquant des mouvements brusques ou imprévisibles),
  • vous souffrez d’une pathologie qui vous empêche de pénétrer la chambre ou de vous conformer correctement aux étapes à suivre,
  • vous êtes claustrophobe,
  • vous avez besoin d’une oxygénothérapie continue qui ne peut être interrompue même temporairement.

Résultats

Votre médecin évaluera si vos résultats sont normaux ou pas. Les valeurs normales dépendent de nombreux facteurs, tels que l’âge, la taille, les origines ethniques et le sexe.

Des résultats anormaux indiquent qu’il y a un problème au niveau de vos poumons. Bien qu’une pléthysmographie pulmonaire ne puisse déterminer la cause du problème, elle peut permettre à votre médecin de réduire le nombre de possibilités, qui comprennent une dégradation de la structure pulmonaire, un problème au niveau de la paroi pulmonaire et de ses muscles ou une incapacité d’expansion ou de contraction des poumons.

A lire

Défaut de coordination du mouvement : causes, symptômes et traitement

Irene

Le ptérygion : causes, symptomes et traitement

Irene

pH-métrie œsophagienne : causes, symptomes et traitement

Irene

Atrophie musculaire : causes, symptômes et traitement

Irene

Faiblesse : causes, symptomes et traitement

Irene

Achalasie : causes, symptomes et traitement

Irene

Réduction chirurgicale : causes, symptômes et traitement

Irene

Achondrogenèse : causes, symptomes et traitement

Irene

Dysbêtalipoprotéinémie familiale : causes, symptomes et traitement

Irene