annonce-no1.com
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Données de base sur la vaccination : causes, symptomes et traitement

Rate this post

Le système immunitaire du corps est responsable de protéger celui-ci contre les pathogènes – bactéries, virus et autres micro-organismes – qui provoquent des infections. La plupart du temps, le système immunitaire – composé de cellules, de tissus et d’organes spéciaux – parvient soit à empêcher l’entrée des envahisseurs étrangers, soit à les repérer et à les éliminer à l’intérieur du corps. Certains pathogènes, toutefois, notamment ceux que le corps ne reconnaît pas, peuvent submerger le système immunitaire et provoquer des problèmes majeurs. La vaccination est un moyen d’ apprendre au système immunitaire à reconnaître et éliminer un organisme, lorsqu’il s’y trouve confronté.

Les experts estiment que les vaccins sont une source majeure de prévention primaire qui peut d’emblée protéger les personnes contre la maladie. Ces dernières années, des personnes opposées aux vaccins ont remis en question leur sécurité et efficacité, et ont tenté à tort de lier les vaccins à une cause potentielle d’autres pathologies, telles que l’autisme. Toutefois, les maladies qui autrefois menaçaient les nourrissons et les enfants – comme les oreillons et la coqueluche – ont été considérablement contrôlées grâce au vaccin.

Malgré ces progrès, les données montrent qu’un nombre impressionnant de personnes ne se font pas vacciner simplement parce qu’elles ne savent pas que les vaccins existent. Chaque hiver, on nous encourage à nous faire vacciner contre la grippe. Cependant, les sondages nationaux menés entre 2005 et 2010 ont révélé que 60 % des Américains ne se faisaient pas vacciner contre la grippe. Le fait que certaines personnes à risque ne se font pas vacciner les place dans une situation où elles sont plus susceptibles de développer des maladies infectieuses ; ceci peut aussi entraîner des visites coûteuses chez le médecin et à l’hôpital.

Qu’est-ce que l’immunité ?

Un système immunitaire en bonne santé a pour rôle de défendre le corps contre les envahisseurs. Le système immunitaire est composé de différents types de cellules qui peuvent se défendre contre des pathogènes néfastes pour l’organisme, et les neutraliser pour enfin les éliminer. L’immunisation implique la stimulation des anticorps pour qu’ils se souviennent des antigènes néfastes, ainsi que la sollicitation des cellules spécifiques pour qu’elles développent une mémoire des infections.

Les vaccins fonctionnent en donnant au système immunitaire des copies d’une protéine partielle, d’une protéine entière, d’un polysaccharide, ou d’un pathogène affaibli ou neutralisé. Le système immunitaire répond en conséquence à ces envahisseurs et construit une réponse adaptée pour augmenter les chances de l’organisme de se défendre au cas où une réelle maladie se présentait. Généralement administrés par injection (mais parfois sous forme de comprimés), les vaccins exploitent la capacité incroyable du système immunitaire à reconnaître et à se souvenir des envahisseurs étrangers.

Immunité active et immunité passive

L’immunité active est la façon dont l’organisme s’adapte pour se souvenir à long terme d’un pathogène et le reconnaît comme un envahisseur étranger. Cela se produit en ayant rencontré le pathogène dans la nature et en ayant construit une résistance (immunité naturelle) ou par le biais d’un vaccin (immunité artificielle).

L’immunité passive est le transfert ou l’administration à court terme d’une immunité active à une personne. Cela peut survenir naturellement, comme d’une mère à son enfant par le biais de la naissance, ou de manière artificielle par l’injection d’une immunoglobuline (produits sanguins contenant l’anticorps).

Que se passerait-il si on arrêtait de se faire vacciner ?

Les vaccins ont la capacité de réduire voire même d’éliminer la maladie. Les efforts pour éliminer la polio ont entraîné la disparition de la maladie dans l’hémisphère occidental. Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention (CDC)) : Avant que le vaccin de la polio ne soit disponible, 13 000 à 20 000 cas de polio paralytique étaient signalés chaque année aux États-Unis. De la même manière, les oreillons affectaient autrefois un grand nombre de personnes aux États-Unis. D’après les CDC, la vaccination a entraîné une réduction de plus de 99 % des oreillons comparée à la période avant le vaccin .

Mettre fin à la vaccination introduirait une multitude de complications de par la propagation des pathogènes. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) continue de travailler – par le biais de la recherche, la sécurité des vaccins et les réglementations sur les vaccins – pour prévenir des millions de décès qui interviennent du fait de maladies évitables. L’OMS estime qu’au niveau mondial, plus d’un million de nourrissons et de jeunes enfants meurent chaque année d’infections à pneumocoques et de la diarrhée à rotavirus – et qu’un nombre considérable de ces décès pourraient être évités grâce à la vaccination.

A lire

Tomodensitométrie du genou : causes, symptomes et traitement

Irene

Hémophilie A : causes, symptômes et traitement

Irene

Dosage de créatinine dans les urines : causes, symptomes et traitement

Irene

Analyse du facteur X : causes, symptômes et traitement

Irene

Cauchemars : causes, symptomes et traitement

Irene

Médicaments pour traiter le diabète : causes, symptômes et traitement

Irene

Douleur au talon : causes, symptômes et traitement

Irene

Traitements de la ménopause : causes, symptomes et traitement

Irene

Cinquième maladie de l’enfant (mégalérythème épidémique) : causes, symptomes et traitement

Irene