annonce-no1.com
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Anémie hémolytique auto-immune induite par les médicaments : causes, symptômes et traitement

Rate this post

L’anémie hémolytique auto-immune induite par les médicaments est un trouble sanguin extrêmement rare. Selon des recherches publiées dans le périodique Hematology, cette condition affecterait une personne sur 1 million (Garraty, 2009).

Elle intervient lorsque le médicament que vous prenez pousse votre système immunitaire (de défense) à attaquer ses propres globules rouges.

Certains médicaments peuvent provoquer un dysfonctionnement du système immunitaire qui va prendre par erreur les globules rouges pour des éléments hétérogènes agressifs et développer des anticorps pour les attaquer. Le système immunitaire se met alors à détruire les globules rouges, entraînant par là même une anémie. L’anémie intervient lorsque le corps ne dispose pas de suffisamment de globules rouges pour oxygéner ses tissus. L’arrêt du médicament permet souvent de contrôler la condition, mais dans de rares cas il peut s’avérer qu’une transfusion sanguine soit nécessaire. Selon le périodique Hematology, en 2009, 125 médicaments ont été identifiés comme responsables de cette réaction (Garraty, 2009).

Causes

Les médicaments réputés responsables de cette condition sont notamment les suivants :

  • antibiotiques de la classe des céphalosporines ;
  • dapsone ;
  • levodopa ;
  • lévofloxacine ;
  • méthyldopa (ou alpha-méthyldopa) ;
  • Nitrofurantoïne ;
  • les médicaments antalgiques anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, par exemple) ;
  • Pénicilline ;
  • phénazopyridine ;
  • quinidine.

Toute personne est exposée à une réaction immunitaire à ces médicaments. Il n’est pas possible de prévoir la présence éventuelle d’une réaction ou si la personne sera plus sensible au médicament jusqu’à ce qu’elle entame le traitement.

Symptômes

Il est possible que la réaction auto-immune se produise immédiatement chez les enfants en bas âge et chez les adultes, mais il peut s’écouler plusieurs jours avant que les symptômes ne se manifestent. Peu de temps après la prise, la personne pourra présenter les signes suivants :

  • un état de fatigue ;
  • une urine foncée ;
  • un teint pâle ;
  • un rythme cardiaque élevé ;
  • un essoufflement ;
  • un jaunissement de la peau (jaunisse).

Diagnostic

Le médecin pourra procéder à un examen physique et rechercher une éventuelle inflammation de la rate. Si vous souffrez d’anémie hémolytique auto-immune induite par les médicaments, il est probable que votre rate présente une inflammation parce qu’elle s’efforce de filtrer et d’éliminer tous les globules rouges en cours de dégradation.

Votre médecin va également recueillir des échantillons d’urine et de sang pour les analyses suivantes :

test de Coombs (épreuve à l’antiglobuline)

Cette analyse pratique une recherche d’anticorps responsable d’une destruction prématurée des globules à partir d’un échantillon de sang.

Numération des réticulocytes

Cette analyse fait appel à un échantillon de sang pour comparer le nombre de réticulocytes avec le nombre global de globules rouges produit par le corps. Les réticulocytes sont des globules rouges immatures produits par la moëlle osseuse.

Dosage de la biliburine

Ces analyses s’appuient sur un échantillon de sang pour voir si vos globules rouges sont en cours de dégradation, augmentant ainsi vos taux de biliburine. La biliburine est un produit dérivé de la dégradation des globules rouges. Elle est généralement excrétée dans l’urine et la bile.

Numération des hématies

Cette analyse étudie un échantillon de sang pour voir si votre numération des hématies est normale. Si vos globules sanguins sont en cours de dégradation de matière prématurée, votre numération des hématies sera faible.

Analyse de l’haptoglobine sérique

Cette analyse s’appuie sur un échantillon de sang pour observer l’haptoglobine protéique. En cas de dégradation des globules rouges, le taux d’haptoglobine est faible.

Hémoglobine dans les urines

Cette analyse s’appuie sur un échantillon d’urine pour mesurer votre taux d’hémoglobine. L’hémoglobine est une protéine qui alimente les tissus en oxygène. Sa présence (inhabituelle) dans les urines signale un problème de globules rouges.

Traitement

Il est important d’arrêter immédiatement le traitement médicamenteux responsable de cette réaction. Il sera éventuellement nécessaire de trouver un autre traitement.

Il pourra éventuellement s’avérer nécessaire de prendre un médicament (la prednisone, par exemple) qui va empêcher votre système immunitaire d’attaquer vos globules rouges. Dans les cas les plus sévères, une transfusion sanguine pourra s’avérer nécessaire pour débarrasser le sang des cellules affectées pour les remplacer par des globules rouges sains.

Dans certains cas, une anémie sévère constitue un risque de décès.

Pronostic

Le pronostic sera favorable dans la mesure où la prise du médicament est interrompue rapidement. Le corps récupère généralement dès lors que le métabolisme s’est débarrassé du médicament. Ne reprenez plus le médicament responsable de cette réaction à l’avenir.

A lire

Le ptérygion : causes, symptomes et traitement

Irene

Analyse de G6PD : causes, symptomes et traitement

Irene

Syndrome d’Aicardi : causes, symptomes et traitement

Irene

Bulles : causes, symptômes et traitement

Irene

Alcaptonurie : causes, symptomes et traitement

Irene

Réduction chirurgicale : causes, symptômes et traitement

Irene

Gérer les maux de tête : causes, symptômes et traitement

Irene

Tachycardie ventriculaire : causes, symptomes et traitement

Irene

Tic moteur chronique : causes, symptômes et traitement

Irene