annonce-no1.com
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Atrophie musculaire : causes, symptômes et traitement

Rate this post

L’atrophie musculaire désigne le dépérissement des muscles. La raison principale d’un tel affaiblissement musculaire est le manque d’activité physique qui peut se produire par exemple quand une maladie ou une blessure vous empêche de bouger un bras ou une jambe.

Si un de vos membres semble plus gros que l’autre, il est possible que vous souffriez d’atrophie musculaire. Prenez rendez-vous pour un examen physique afin de découvrir la cause de cette atrophie. Votre médecin déterminera le traitement qui vous convient. Dans certain cas, l’atrophie musculaire est inversée par un régime alimentaire équilibré, de l’exercice physique ou une physiothérapie.

Causes

Quand vous n’utilisez pas vos muscles, ils s’affaiblissent au bout d’un certain temps. Mais ce type d’atrophie peut souvent s’inverser en faisant de l’exercice physique et en améliorant son régime alimentaire.

L’atrophie musculaire peut aussi se produire quand vous êtes alité(e) ou incapable de bouger certaines parties du corps à cause d’une maladie. Les astronautes subissent une certaine atrophie musculaire après quelques jours en apesanteur.

Autres causes de l’atrophie musculaire :

  • manque d’activité physique (quelle qu’en soit la raison)
  • vieillissement
  • myopathie associée à l’alcool (douleur et faiblesse musculaires dues à un abus d’alcool prolongé)
  • brûlures
  • lésions et fractures
  • malnutrition
  • lésion de la moelle épinière
  • accident vasculaire cérébral
  • thérapie aux corticostéroïdes de longue durée

Certaines maladies peuvent provoquer le dépérissement des muscles ou rendre les mouvements difficiles, entraînant ainsi l’atrophie musculaire. Il s’agit notamment des pathologies suivantes :

  • sclérose latérale amyotrophique (SLA, également appelée maladie de Lou Gehrig), qui affecte les cellules nerveuses contrôlant le mouvement musculaire volontaire
  • dermatomyosite (maladie du muscle)
  • syndrome de Guillain-Barré (maladie auto-immune qui provoque une inflammation nerveuse et une faiblesse musculaire)
  • sclérose en plaques (maladie auto-immune qui peut rendre les mouvements difficiles)
  • dystrophie musculaire (maladie héréditaire qui provoque une faiblesse des muscles)
  • neuropathie (lésion d’un nerf ou d’un groupe de nerfs, résultant en une perte de sensation ou de fonction)
  • ostéoarthrite (la forme la plus fréquente d’arthrite ; provoque un mouvement réduit dans les articulations)
  • polio (maladie virale affectant le tissu musculaire et pouvant entraîner la paralysie)
  • polymyosite (maladie inflammatoire)
  • arthrite rhumatoïde (maladie auto-immune)
  • amyotrophie spinale (maladie héréditaire qui entraîne le dépérissement des muscles des bras et des jambes)

Signes

Signes

Une atrophie musculaire peut être présente dans les cas suivants :

  • un de vos membres (bras ou jambe) est nettement moins gros que l’autre
  • vous ressentez une faiblesse prononcée dans un membre
  • vous avez été physiquement inactif

Contactez votre médecin pour un examen médical complet si vous pensez souffrir d’atrophie musculaire ou si vous êtes incapable de bouger normalement. Il est possible que vous souffriez d’une maladie nécessitant un traitement. Le médecin pourra vous donner des options diététiques et d’exercice physique.

Diagnostic

Le médecin vous interrogera sur vos antécédents médicaux (anamnèse complète) afin de comprendre tous vos symptômes. Indiquez-lui toute blessure récente ou ancienne que vous avez pu subir et toutes pathologies diagnostiquées dont vous souffrez. Faites une liste de vos symptômes et de tout médicament (en vente libre ou sur ordonnance) ou supplément que vous prenez.

Le médecin pourra prescrire des examens supplémentaires pour arriver à un diagnostic et exclure certaines maladies. Ces examens peuvent inclure :

  • analyses de sang
  • radiographies
  • imagerie par résonance magnétique (IRM)
  • tomodensitométrie (TDM)
  • études de conduction nerveuse
  • biopsie musculaire ou nerveuse
  • électromyographie (EMG)

En fonction des résultats de ces tests, votre médecin pourra vous orienter vers un spécialiste.

Traitement

Le traitement dépendra du diagnostic et de la sévérité de la détérioration musculaire. Toute condition médicale sous-jacente doit être traitée. Traitements fréquemment utilisés pour l’atrophie musculaire :

  • activité physique
  • physiothérapie
  • traitement par ultrasons
  • intervention chirurgicale
  • changements de régime alimentaire

L’activité physique comprend des exercices aquatiques qui sont utiles si vous avez du mal à bouger.

Un physiothérapeute vous apprendra les bonnes méthodes d’exercice physique, et il pourra faire bouger vos bras et vos jambes pour vous si vous avez du mal à le faire à cause d’une maladie.

Le traitement par ultrasons est une intervention non invasive qui utilise les ondes sonores pour vous aider à guérir.

Il pourra falloir opérer si vos tendons, ligaments, muscles ou votre peau sont trop tendus et vous empêchent de bouger. On parle alors de difformité due aux contractions, qui pourra parfois être corrigée quand l’atrophie résulte de malnutrition.

Le médecin vous donnera des conseils en matière de diététique et suggérera éventuellement des suppléments diététiques adaptés à votre cas.

A lire

Vitamine D : causes, symptômes et traitement

Irene

Anémie hémolytique auto-immune induite par les médicaments : causes, symptômes et traitement

Irene

Appétit accru : causes, symptômes et traitement

Irene

Gérer les maux de tête : causes, symptômes et traitement

Irene

Électrocardiogramme : causes, symptomes et traitement

Irene

Sinusite frontale aiguë : causes, symptomes et traitement

Irene

Alcaptonurie : causes, symptomes et traitement

Irene

Ventriculographie isotopique : causes, symptomes et traitement

Irene

Hémorroïdes : causes, symptomes et traitement

Irene